J’ai testé pour vous: ne pas avoir d’humour pendant un rencard

laugh.gif

La sagesse populaire n’a jamais raison…excepté concernant l’humour féminin.

Oui, les hommes ont peur des filles qui font des blagues.

Déjà, en 3ème B, je revois Thomas courir à travers la cantine lorsque je lui fais comprendre que « sa braguette ouverte, c’est pour aérer ses neurones ou quoi »? J’ai ri, il n’a pas compris, j’ai essayé de lui expliquer, il a filé, la bouche encore pleine de purée. C’est qu’en général, mes vannes jaillissent comme un Alien hors de Sigourney Weaver: incontrôlables.

fear.gif

Un jour, j’apprendrai de mes erreurs… Adieu Raymond Devos, Amy Schumer, Conan O’Brien…Et c’est avec ce vœu sincère que j’ai croisé le chemin d’Adam.

Adam est beau.

La sueur d’Adam sent naturellement le musc et la vanille.

Quand Adam sourit, le monde s’illumine et les gens descendent de leurs voitures pour danser sur la chaussée, tandis que des écureuils roux offrent des billets de vingt euros aux enfants. Sérieusement.

doc.gif

On se retrouve donc dans un restaurant à l’éclairage tamisé-ce-soir-c’est-le-grand-soir-chérie, et j’ai osé ma (toute) petite robe rouge. Il fait juste assez chaud pour boire des spritz, et nos joues rosissent à mesure que la soirée avance.

C’est là que tout a failli basculer.

Il me dit qu’il s’interroge sur ses choix professionnels, et si…désolée, j’ai perdu à ce moment précis le fil de la conversation, entre mon troisième cocktail et ses yeux gris. Un médecin aux yeux gris? Je craque.

Je lui lance « qu’est ce qui pourrait te rendre ta bonne humeur?

– Hum…Des vacances, et des sous…et des ondes positives.

– Les ondes positives, ça je sais faire, pour le reste, j’ai entendu que Madame Bettencourt était un cœur à prendre, intéressé?

– … »

Son silence estomaqué me ramène à la douloureuse réalité: mais qu’est ce que les mecs ont avec les filles (qui espèrent être) drôles? Ils pensent qu’il s’agit là d’une affection contagieuse qui, en se répandant partout, démontrerait qu’on peut largement rire sans eux, et à leurs dépens?

Je baisse les yeux, gênée par son regard blasé plein d’incompréhension. Je pose alors mon verre déjà vide (l’alcool me rend encore plus drôle qu’à l’accoutumée) et essaie de m’appliquer.

Il me parle de sa pré-commande Iphone (nan, pas possible?!) et de son collègue qui a porté un caleçon vert pour la St Patrick (le fou!!). Il rit, et je ris aussitôt, mais trop fort pour que ce soit crédible.

rire.gif

Il me narre son dernier rhume qui l’a cloué au lit, pendant une semaine, l’empêchant de finir sa partie de World Of Warcraft (monde cruel): je parviens presque à avoir les larmes aux yeux, en songeant, pour m’y aider, à la fin de « The NotebookN’oublie jamais« .

Lorsqu’il aborde la thématique de son hamster Filou qui a préféré rejoindre l’état sauvage (le jardin municipal en face de son immeuble), je crains le faux-pas irréversible: « quoi, il a préféré se faire croquer par un chat plutôt que de supporter ton haleine au réveil? » Mais ouf, il n’a pas entendu, tout occupé qu’il était à commander les desserts.

hamster.gif

A la fin de la soirée, j’ai l’estomac noué, j’ai chaud-froid, et des blagues qui tournent dans ma tête aussi grosses que l’USS Enterprise. Adam a l’air tout satisfait, et je prie le Ciel de le garder suffisamment longtemps à mes côtés pour crâner un peu devant mes proches et mes amis, histoire qu’ils comprennent que non, je ne sors pas qu’avec des mecs imaginaires (puisque je vous dis que Rocco est un ami!).

On se retrouve devant l’arrêt de bus et, me dardant de son regard brûlant, il m’offre un baiser à faire pâlir toutes les ligues de censure d’Europe réunies. Mes efforts sont donc récompensés, au placard ma soirée série-Ben & Jerry’s Cookie Dough.

Lui: « On rentre ensemble? Tu en dis quoi?

Moi: « Eh bien, j’en dis que ton ego et toi formez déjà un très joli couple, et que je n’ai aucun goût pour la polygamie »

Juré, demain, j’arrête l’humour…mais une promesse faite à son pot de glace, ça compte, ou pas?

Le Son by Les Gens Pressés #1

J’apprécie la compagnie des objets sonores singuliers, de ceux qui donnent du relief à chaque instant du quotidien, lequel muterait soudain en une sorte de clip permanent…oui, j’aimerais vivre dans un épisode de « Glee » le temps d’une journée, mais c’est une autre (longue) histoire…

glee directeur gif.gif

Du coup, voici la toute première vraie bande-son des Gens Pressés: élaborée sans aucun fil conducteur particulier cette semaine, si ce n’est la touche « aléatoire » de la bibliothèque musicale universelle, je vous ai sélectionné seize titres pulsants, inattendus et habités, loin du potage mainstream (même si un petit minestrone peut avoir du bon, parfois, hein).

soupe gif.gif

Selon votre ressenti à vous, cher(e) lectrice/lecteur/passant(e), ce pourrait devenir un nouveau rendez-vous bi-mensuel, mensuel, avec ou sans thématique…j’attends donc vos retours avant de plancher sur la prochaine!

 

 

La parenthèse

dad.gif

Enfin seuls!

Tu la dardes de ton regard le plus drôlement ténébreux: c’est que tu ferais n’importe quoi pour lui kidnapper un rire.

Elle ne te rend pas ta mine enjouée mais tu t’en fiches, elle est parfaite ainsi. Elle somnole paisiblement, et son souffle régulier soulève, dans une rythmique imperceptible, le drap qui repose sur son torse.

Tu te surprends à l’admirer en douce, alors que tu t’étais juré de terminer ce travail aujourd’hui. C’est que tu as une thèse à boucler! Des rendez-vous pros aussi, des appels urgents…et puis non, la langueur du moment te reprend. Tiens, étrange, la première fois que tu l’as vue, tu n’avais pas remarqué cette petite tâche de rousseur là, sur la pointe de sa joue gauche.

Il fait encore très beau, vous auriez pu sortir…mais non, encore une fois, elle a préféré se reposer quelques minutes…lesquelles se sont changées en heures! Ce soir, vous regarderez Subway, ta cinéphilie l’impressionnera, c’est certain…

Elle se retourne…a t’elle trop chaud, froid peut-être? Sa toux t’inquiète et, en homme fort et vigoureux qui ne craint rien (sauf, peut-être, ces satanées araignées, toujours à prendre les types comme toi en traître), tu ne serais pas contre faire un tour à la pharmacie, pour être sûr. Elle te prendra sûrement pour un dingue, quand elle s’éveillera, et qu’elle te verra armé de ta cuillère en plastique, de ta bouteille de sirop à l’odeur suspecte. Mais c’est pour son bien, et un jour, tu l’espères, elle te prodiguera les mêmes soins, qui sait?

En cet instant précis, tu n’as aucune envie de vaquer à tes activités, sinon la bercer, l’emmitoufler dans son couffin orné de licornes bleues et hilares, la poudrer et la langer même.

Juste elle, toi, et puis cette affreuse créature moelleuse et multicolore qu’elle réclame à tout instant…manquerait plus qu’il te remplace, ce dénommé « doudou » je-ne-sais-qui.

Oui, tu seras un bon père…

 

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.Thème Esquire par Matthew Buchanan.

%d blogueurs aiment cette page :